mercredi 18 octobre 2017

Et pourquoi pas un hastag #Moquetoidetonharceleur ? genre « ce type avait une haleine hyper aillée et m'a dit « je vais te faire jouir toute la nuit » et le mec ne se rendait pas du tout compte que çà n'allait pas du tout être possible avec cette haleine », ce serait plus rigolo pour tout le monde et les mecs ou les meufs se taperaient vraiment la honte dès lors qu'ils ou elles ne feraient ni peur ni scandale, non ?

En tant que cochon de lait, bientôt adulte, je tiens à exprimer mon désaccord avec un certain usage langagier des humains d'associer ceux et celles de notre espèce à leurs déviances et vices sexuelles. Notre sexualité, lorsque les humains ne nous empêchent pas de batifoler, notre sexualité est assez joyeuse !


Bien sûr, certains trouveront que les taureaux ou les chevaux ont plus de style, mais chacun doit trouver une voie qui lui convient. Vous humains, vous avez un problème avec la sexualité, vous empêchez les animaux d'autres espèces que la votre d'avoir des rapports sexuels, nous avons ouï dire que certains d'entre vous envisageraient même d'empêcher les plantes d'avoir une sexualité, sans parler de ceux et celles d'entre vous qui nous ont profondément maltraités pendant des années ou ont fait semblant de ne pas le savoir, etc., j'en passe et des meilleures. Si j'ai un conseil à donner à ces messieurs-dames en tant que cochon, ce serait non pas de « balancer leur porc » mais de « porter plainte contre leur agresseur(se) ou leur harceleur(se) ». Rien ne les empêche bien sûr de raconter et d'échanger sur Twitter ou autre truc machin leurs expériences de violence imposée par d'autres êtres humains. Mais, s'il vous plaît , ne mêlez pas ceux et celles de notre espèce à cela : les porcs ne sont pour rien dans les névroses des humains. A bon entendeur, salut !

« Avant d'avancer sa jambe gauche, il faut attendre que la jambe droite ait fini son pas », Proverbe français, XXIe siècle.



« Dans la troupe, il n'y a pas de jambe de bois, il n'y a que des nouilles mais cela ne se voit pas, la meilleure façon de marcher, c'est encore la nôtre , c'est de mettre un pied devant l'autre et de recommencer. »
[aparté : cette chanson apparaît dans le film « la meilleure façon de marcher » réalisé par peut-être claude miller, film qui serait très bien pour une soirée « Dossiers de l'écran » sur le harcèlement sexuel. … Quelqu'un me dit dans mon oreillette que l'émission « les dossiers de l'écran » n'existe plus « depuis belle lurette »... Bon, alors des extraits du film dans « aujourd'hui Madame ».]
[autre aparté : « et la jambe du milieu, elle fait quoi ? » « Ben tout le monde n'en a pas et elle se lève quand elle veut, pour ce que nous en savons, celle-ci n'a pas d'incidence sur la marche. »]

mardi 17 octobre 2017

Tata YOYO lit des catalogues de propagande publicitaire (deuxième épisode) :


Tata YOYO lisait le catalogue des hypermarchés Intermarché. Elle avait lu récemment dans le journal du Dimanche une interview des trois types qui dirigent ce réseau de magasins et d'usines de production, soit « les trois mousquetaires » dont Alexandre DUMAS prétendaient qu'ils étaient en fait quatre... Tata YOYO lisait le catalogue des hypermarchés Intermarché dont les dirigeants avaient avoué dans le journal du Dimanche que parfois, ainsi que les autres grandes enseignes de la grande distribution, ils étaient un peu allé trop loin dans les promotions proposées, que le président de la République avait raison et qu'il fallait que les producteurs puissent vivre de leur travail. Tata YOYO était d'accord avec eux, bien que ces promotions parfois hallucinantes lui rendaient la vie plus facile. Tata YOYO lisait le catalogue des magasins Intermarché car elle n'avait toujours pas recollé d'autocollants « STOP PUB » sur sa boîte aux lettres : « Collant Body Touch voile + collant body Touch opaque, exemple de composition 80% polyamide, 20% élasthanne. Taille 1 à 4. Colori noir.» Tata YOYO ne supportait pas cette mode d'utiliser des mots anglais à tout bout de champ et de phrases. Elle avait toujours vu le livre d'Etienne ETIEMBLE « Parlez-vous franglais ? »   dans la bibliothèque de son père quoiqu'elle ne l'ait toujours pas lu. « Il s'agirait donc de collants au toucher corps. Ce qui doit signifier que lorsque quelqu'un touche le collant, il a la sensation de toucher le corps donc la peau. Qu'est-ce qu'ils ne vont pas inventer comme âneries, franchement ! » « Lot de deux collants onze euros cinquante, le deuxième à -50% soit 5, 75 euros » « Waow, mais c'est vachement cher ! , se disait Tata YOYO, voyons onze euros pour deux collant, cela fait environ 60- 70 francs français pour deux collants, trente-trente cinq francs la paire de collants même avec un body touch, cela me semble affreusement cher ! » Tata YOYO se souvint d'une période où elle revêtait de tels vêtements. Elle habitait Paris, portait souvent des chaussures pas du tout adaptées à la marche mais rarement des hauts talons, portait parfois des jupes ou des robes mais elle pouvait aussi porter ce type de collants sous des jeans. Elle se souvenait que les collants de la marque Dim étaient chers et filaient tout de suite, que les collants de la marque Woolford ou Weill étaient encore plus cher mais durait toute une saison voire deux ou trois. Puis Tata YOYO se souvint de son étonnement lorsqu'elle avait découvert que les collants résille tenaient plus chaud que les collants voiles. « Maintenant j'habite à la campagne, je porte des collants en laine ou en polaire que je paye à prix cassés entre un et deux euros voire trois euros la paire et qui me font minimum trois saisons ! » Tata Yoyo croisa les doigts en espérant que cela puisse continuer ainsi. « Mi-bas sublim voile, 92% polyamide, 8% élasthanne, taille unique coloris : gazelle ou capri » Tata YOYO dut se référer à la photo illustrant le texte pour comprendre que les coloris gazelle ou capri évoquaient des couleurs dite chair soit chair clair ou chair foncée. Tata YOYO mesurait son ignorance quant aux matières synthétiques « Qu'est-ce donc exactement que le polyamide, qu'est-ce donc que l'élasthanne ? » « Collants Elastivoile résistants, 85 % polyamide, 15% elasthanne, tailles : 2 à 4, coloris ibiza » Tata YOYO se demanda si ces couleurs Capri ou Ibiza étaient normées ou s'il s'agissait juste de la fantaisie des fabricants. Elle songea rapidement à une couleur Gstaad ou Lagos ou Shangaï puis poursuivit sa lecture « Collant Body touch Absolut Resist 73% polyamide, 27% élasthanne, tailles 2 à 4 colori noir.  » « Donc, là, un homme ou une femme caresse les cuisses de la femme ayant revêtue le collant au toucher corps résistant absolument, il ou elle a l'impression de toucher le corps de la femme mais ne peut pas lui arracher son collant qui résiste absolument ou alors ne peut pas emballer la femme qui a revêtu le collant au toucher corps résistant absolument ou alors rien de tout cela mais la femme peut se branler au travers du collant au toucher corps résistant absolument ou alors ... » Sur la photo illustrant le texte, Tata YOYO put lire que ce collant avait « une nouvelle ceinture ultra souple et veloutée ». « Veloutée ? Je connais le velouté aux asperges mais alors le velouté de ceinture de collant … » Le dictionnaire lui apprit toutefois que « velouté » dans son acception datant de 1450, soit au XVe siècle, signifiait« doux comme du velours ». « Collants Sublim voile nude, 86% polyamide, 14% élesthanne, tailles 2 à 4, colori unique » sur la photo d'illustration était précisée la traduction française de « sublim voile nude » soit « effet peau nue ». « Pourquoi diantre porter un collant si c'est pour le nier ? » Se demanda Tata YOYO flirtant avec la mauvaise foi. Le dernier collant de la page du catalogue de propagande publicitaire était un « collant body touch ventre plat, 78% polyamide, 22% élasthanne, tailles 2 à 4, colori noir. ». « Bon, résumé de cette lecture : nous avons appris qu'un collant composé avec au moins 20% d'élasthanne dans ses fibres à un toucher proche de celui de la peau, que l’élasthanne doit couter plus cher que le polyamide, que lorsque tu es de taille 1 pour les collants, c'est la galère pour t'habiller dans les hypermarchés, et que « capri c'est pas fini » puisque c'est une couleur de collants ».
Puis tata YOYO alla scier du bois.

Proverbes et expressions imagées du XXIe siècle, aujourd'hui « annoncer l'indépendance de l'Arzerbaïdjan » : annoncer quelque chose d'important dont tout le monde se fiche. Argot : Faire jouir.

Note technique à Stéphane FOUCART suite à la chronique publiée dans le journal LE MONDE daté du 15-16 octobre 2017 : « Docteur Moreau, I presume ? »


Quelques questions à la con : Pourquoi l'hybridation des végétaux ne suffirait-elle pas à les faire évoluer ? Pourquoi serait-il nécessaire d'avoir recours à la transgenèse qui pour ce que nous en savons ne respecte pas l'étanchéité entre le monde minéral, le monde végétal et le monde animal ? Les plantes assurent la photosynthèse qui permet la vie sur Terre : êtes-vous si sûr que modifier les gènes des plantes ne constitue pas un risque pour cette haute technologie qu'est la photosynthèse et qui à notre connaissance n'est pas maitrisée par les scientifiques ? Il est possible que nous ayons tort but I just ask you to answer our questions.

Note technique à Bernard CAZENEUVE : Le paternalisme relève t'il de la gauche politique ?


[cf. interview CAZENEUVE, « la politique menée n'est pas à gauche, elle est même à droite », LE MONDE 15-16 Octobre 2017]
Pour ce que nous en savons, lorsqu'une famille politique réunit des personnes qui ne partagent plus un large socle commun d'idées politiques et/ou d'ambitions pour les organisations de la Cité à mettre en oeuvre pour la vie des individus au sein des sociétés, alors défendre « sa famille politique » revient juste à défendre « sa famille » voire son clan, ce qui est plutôt une conception de droite politique. Il n'y a pas de honte à se dire centriste lorsqu'on l'est. La gauche politique articule une pensée autour de la trinité dynamique « liberté, égalité, fraternité » qui est très difficile à mettre en œuvre dans des sociétés déjà existantes c'est-à-dire résultant entre autres d'accumulations d'inégalités et par ailleurs nous avons connaissance de l'échec des « tabula rasa », etc., blabla. Et de toutes les façons, très peu de personnes sont de gauche politique car dans les faits, très peu de personnes croient en l'égalité entres les êtres humains, égalité dans leur diversité. Par contre, faire semblant d'être de gauche politique est un terrible poison social. Pour ce que nous en comprenons, il n'y a pas d'ancien monde politique et de nouveau monde politique, par contre il y a une nette ambition de mettre fin à des anciennes pratiques et conceptions notamment quant à l'utilisation de l'argent public et d'essayer, ainsi que d'autres l'ont déjà tenté, de mettre en accord des discours et des actes. Mais il s'agit aussi de prendre acte de l'essor des techniques dans la gestion sociale et sociétale, de faire bénéficier chacun des apports des technologies et de travailler politiquement ce fait. C'est le monde social qui est nouveau et de fait cela modifie la politique. Pour ce que nous en savons.

Tata YOYO lit des catalogues de propagande publicitaire.



Tata YOYO lisait le catalogue intersport qui avait été glissé dans sa boîte aux lettres par un type au chômage qui essaye malgré tout de gagner sa vie. « Chaussures wave legend Homme ou Femme. Technologie wave pour répartir l'onde de choc et assurer l'amorti et la stabilité. » Tata YOYO comprenait que, dans la course à pied, les pieds frappent le sol ce qui crée une onde de choc dans le mollet et la jambe. Les chaussures dont elle lisait la propagande publicitaire bénéficiaient d'une « technologie » dite « wave », technologie « vague » mais pas vague, sans doute un brevet concernant la semelle, qui permetterait de diminuer la force de cette « onde de choc » et aux coureurs de rester stable c'est-à-dire de ne pas avoir le corps se mettant en totale oscillation suite à … Tata YOYO se demandait quelles étaient les parts de fantaisie et de réalité physique dans ce texte de propagande publicitaire pour des chaussures de course à pied dite aussi running. Elle pensa rapidement à des danseurs et danseuses de flamenco frappant le sol, puis à des tap dancers qui, eux le caressent et le chatouillent puis reprit sa lecture : « Tige mesh avec renforts synthétiques dotée du Dynamotion Fit qui permet à la tige de la chaussure de suivre le mouvement du pied grâce à un mesh élastique intercalaire EVA. » Tata YOYO éprouva quelques difficultés à se représenter de quoi parlait le texte. « Voyons, voyons... « une tige mesh »... qu'est-ce que le mesh ? ... « avec renforts synthétiques dotée du Dynamotion Fit »... Alors voyons, « synthétique » a une acception datant de 1866 pour parler des matières obtenues par synthèse chimique, artificiellement comme le polyamide ou le polyester ou certains caoutchouc...Alors « le Dynamotion Fit » doit faire référence à une technique brevetée ou à un dahu...Bon, disons qu'il y a un truc dans la chaussure qui lui « permet de suivre le mouvement du pied grâce à un mesh » .. encore un mesh, mais KEZAKO ? … « grâce à un mesh élastique intercalaire EVA. » .. Hum Hum... » Tata YOYO restait dubitative : « Qu'est-ce que pourrait être une chaussure qui ne suivrait pas les mouvements du pied ? Cela peut-il exister ? … Bon, disons que la chaussure est souple et permet de ne pas corseter le pied ...Ce doit être cela le sens de ce texte ésotérique ... »
TaTa YOYO était toutefois décidé à lire le texte jusqu'au bout : « Grâce à un mesh élastique Intercalaire EVA -Caoutchouc carbone X10 qui augmente la résistance à l'abrasion de la semelle extérieure et procure de la traction au talon. » « Bon disons qu'il y a un truc dans la chaussure qui fait que sa semelle s'use moins vite et qu'elle entraine la talon.. à peu près cela ... » « technologie Smooth Ride qui atténue les vibrations et augmente la flexibilité » «  N'y a t'il pas redondance entre la technologie Smooth Ride qui atténue les vibrations et la technologie Wave qui, elle, répartit l'onde de choc ? , se demandait Tata YOYO » « Le nouvel elastomère SR Touch garantit dynamisme et durabilité de l'amorti pour un poids minimum. Doublure et semelle textile. » C'est à ce moment-là que tata YOYO a réalisé que les baskets et autres chaussures de sport étaient fabriquées avec du pétrole. « Quel avenir pour le running et le monde du sport en « général » dans un monde sans pétrole ? », se demanda soudain Tata YOYO, interloquée suite à sa lecture du catalogue intersport.

Affaire Harrey WEINSTEIN : « Je vous avais bien dit que François HOLLANDE essayait de devenir producteur de cinéma !, aurait dit DSK. »



Où l'on découvre que le monde social du cinéma n'est ni glamour ni d'avant-garde mais est un petit monde social arriéré et ridicule avec ces grands méchants loups ! En fait les féministes devraient se souvenir que l'histoire des droits des femmes a pu avancer au début du XXIe siècle grâce à une femme de ménage, madame Nafissatou DIALLO (qui devrait avoir sa statue en France ou au moins une place à son nom), des élues écologistes Sandrine ROUSSEAU, Elen DEBOST et Isabelle ATTARD et un homme journaliste Ronan FARROW. Sans oublier bien sûr toutes et tous les autres, mais il est important de ne pas se tromper de têtes d'affiches comme disent les producteurs, ou de gondoles comme disent les marketeurs.

[Pour moi, l'affaire WEINSTEIN va au delà des problèmes homme/femme il s'agit d'un problème plus vaste, comme l'a dit un monsieur RIVKIN à une journaliste du journal LE MONDE, « Dans le monde entier, ceux qui ont du pouvoir ne doivent pas en abuser » et la formule vaut aussi pour ceux et celles qui ont des miettes de pouvoir, ce qui rend bien sûr le problème très très compliqué voire insoluble mais bon, on est de gauche politique ou on ne l'est pas … [cf. article le monde « Harcèlement : Hollywood refuse un code de bonne conduite »]

Les questions qui se posent : Edouard PHILIPPE est-il le petit-fils secret de Gérard PHILIPPE ?

vendredi 13 octobre 2017

Forum « Foot et surnaturel ».



  • Ce serait bien que le monde soit à l'image du jeu du foot mondial où l'équipe propagande de la Syrie de Bachar AL ASSAD et POUTINE a été bien battue.
  • Tu rigoles mais à mesure que la date du Mundial approche, je trouve que les événements bizarres se multiplient.
  • Hum... tu pourrais expliciter tes propos, s-v-p 11-11 ?
  • Ben, par exemple, il y a eu le match France-Biélorussie. Quelques jours avant le match, j'avais plein de pensées débiles qui me traversaient la tête. Comme je n'écoute presque plus la radio et que je ne regarde pas du tout la télé, je ne connais pas trop les thèmes nationaux ou mondiaux de discussion alors j'ai souvent des trucs débiles dans la tête ! Bref, j'arrive à faire le calme et entendre le silence. Sauf que pas du tout, là j'entends une voix qui répète inlassablement « la Biélorussie gagne, la Biélorussie gagne , etc.. » J'ai du me battre pour réussir à faire taire cette voix.
  • Est-ce que tu crois que le fait que le pape François s'intéresse au foot pourrait expliquer cette introduction du surnaturel dans les enjeux du foot mondial ?
  • Est-ce que ce n'est pas plutôt de la magie de bookmakers ?
  • Je ne sais pas. Bref, l'équipe de France gagne le match contre la Biélorussie et le lendemain alors que je vais sur le web et sur Google actualités ou sur Europe1.fr, je vois surtout des gros titres disant que l'équipe de France est nulle. Bon elle a gagné, elle est qualifiée mais les uns et les autres discutent surtout de la soit-disant nullité de l'équipe. Comme si les conversations sur la nullité de l'équipe de France étaient déjà prêtes pour une défaite annoncée qui aurait été déjouée !
  • Déjouée par toi, bien sûr !
  • Mais non, pas par moi, voyons .. si moi, je peux entendre une voix qui répèterait en boucle « la Biélorussie gagne » alors d'autres personnes ont pu entendre ou voir ou je ne sais quoi des trucs similaires. Le foot est un sport extrêmement populaire. C'est pur cela que d'autres trucs essayent de s'y greffer. Je n'ai pas ce tropisme à me croire différente des autres. Les choses peuvent se manifester différemment auprès des uns et des autres mais il n'y pas une désignation singulière pour ce genre de choses. C'est une participation à un truc commun
  • Dieu est parmi nous, c'est cela ?
  • Je ne sais pas. Disons que les uns et les autre sont plus ou moins attentifs à ce genre d'implications. L'important est de rester super concret et de coller aux faits. Chacun a son quota de soucis.
  • Tu veux dire son quota de calendula ?
  • Euh... vous êtes tous dingues ou quoi ?
  • Non, non, nous sommes éclairés de l'autre côté. Tu sais, la Russie comme le Brésil est aussi une terre de chamanisme. Tu ne peux pas organiser un événement d'envergure mondial sur de telles terres sans conséquences sur la _________ .
  • La quoi ?
  • Bon, soyons un peu professionnel, la Biélorussie c'est quoi comme régime politique ? Sont-ils inféodés à POUTINE ?
  • Je ne comprends rien à vos âneries, ce que je sais, c'est que POUTINE, après l'organisation des JO d'hiver à SOOTCHI, a envahi la Crimée, alors là je ne sais pas ce qu'il prépare cette fois, mais bon, faut quand même se méfier …
  • C'est bien ce que je te dis, nous ne devons surtout pas nous endormir et être attentif à tout !
  • Tu nous avais dit qu'après l'élection de MACRON à la présidence de la République Française soit la défaite de l'extrême droite politique, nous pourrions nous reposer...
  • Ben, j'étais sincère. Et vous vous êtes quand même un peu reposés.
  • Tu parles, que dalle !
  • Moi, je dis que tout cela, ce ne sont que des âneries ! C'est parce que chacun fera ce qu'il doit faire que ce genre de projets de manipulations ou d'envahissements échoueront tout simplement.
  • Ouais, je suis assez d'accord, le danger lorsque nous sommes confrontés à des trucs et des machins bizarres, c'est de les interpréter et surtout de travers. Ou alors de modifier nos comportements. Dans ce qu'il t'est arrivé, tu as bien agis : tu entends une voix qui essaye d'agir sur le réel, tu la fais taire et ensuite les uns et les autres sont libérés de sortilèges.
  • Je présenterais les faits plus simplement : tu entends une voix qui te gène, tu la fais taire pour retrouver la paix. Et en se faisant, tu participes à déjouer ce qu'elle disait. C'est en prenant soin de nous que nous prenons soin des autres...
  • Cratos pour tous !
  • Tous pour demos !

jeudi 12 octobre 2017

Tata YOYO se pose des questions, deuxième épisode.


Tata YOYO lisait le grand entretien avec Carla BRUNI publié dans le magazine LUI de l'automne 2017 :
« […] Frédéric TADDéI : On en arrive à miss you. Pour moi, c'est la dernière belle chanson des rolling stones. C'est sur la distance et le manque …
Carla BRUNI : C'est le moment où la personne se rend compte de son amour. Ce n'est pas sur le déchirement et la solitude, ce sont des mecs qui ont 100 000 filles autour d'eux et lui se dit « I guess i'm lying on myself it's just you and no one else. » Un copain l'appelle et lui dit : « hey what's the matter, man?We're gonna come around at twelve with some puerto rican girls that are just dying to meet you we're gonna bring a case of wine. » Normalement il ne devrait pas ëtre dans cette situation de manque et pourtant il l'est, c'est là qu'est tout le sel de la chanson.
FT : Ce que j'aime beaucoup c'est lorsqu'il dit « i've been hanging on the phone, i've been sleeping all alone ». Il a, ou elle a si c'est vous qui chantez, tenu bon, il a dormi seul. C'est çà qui est fort, dire à l'autre que, malgré tout le loisir que l'on a eu de le ou la tromper, on ne l'a pas fait. »
Tata YOYO tombait des nues. «  Pour moi, cette chanson a toujours été une chanson ironique adressée à Dieu ! Les Rolling Stones ont encore l'âge où, alors qu'enfants, la religion catholique où « dieu est amour et t'aime » régnait sur les mœurs. Ils ont même l'âge d'avoir pu y croire ne serait-ce qu'un instant ! La chanson est beaucoup moins drôle sans cette perspective ! » Tata YOYO comprenait toutefois qu'avoir eu comme père quelqu'un ayant étudié pendant sept années la théologie devait constituer un biais intellectuel assez puissant dans la réception du monde et des discours. Puis une pensée parvint à l'esprit de Tata YOYO « Pourquoi la chanson devrait- elle être forcément drôle ? » Préssentant les troubles profonds que pourraient entraîner dans sa personnalité l'exploration d'une telle voie, Tata YOYO poursuivit sa lecture :
« [...] Carla BRUNI : Personnellement, je ne pense pas être une séductrice. En tout cas, pas une séductrice sexuelle. Don Juan, il faut qu'il fasse chuter sa proie. Moi, non. Je peux avoir envie de conquérir un enfant, un chien, une femme. Dans ce sens-là, oui, je suis assez séductrice. L'objectif sexuel, en revanche, m'a toujours été assez étranger. »
Tata YOYO éprouvait presqu'un choc psychologogique « conquérir un chien, un enfant, une femme … mais pour en faire quoi ? Du public ? Des fans ? Des objets de compagnie ? » Tata YOYO alla chercher les définitions des mots « séduction » et « conquérir » dans le Larousse 2009 numérique que lui avait donné son amie Josette exerçant le métier à risques d'espionne rousse du réel.


« séduction

▸ nom féminin

1. Action, fait de séduire, d'attirer par un charme irrésistible. Le pouvoir de séduction de l'argent.

2. Moyen, pouvoir de séduire. Une femme pleine de séduction.


conquérir

(du latin conquirere, rassembler)

▸ verbe transitif


1. Prendre, soumettre par la force, par les armes. Conquérir un pays.

2. Gagner, acquérir au prix d'efforts ou de sacrifices. Conquérir un marché, des privilèges.

3. Gagner l'estime ou l'affection de ; séduire. Conquérir le cœur de quelqu'un. »


Tata YOYO sentait affleurer des tempêtes et des bourrasques dans sa poitrine qu'elle avait menue. Elle chercha alors la définition du mot « affection » :


« affection

(latin affectio)

▸ nom féminin


1. Attachement que l'on éprouve pour quelqu'un ; tendresse. Donner à quelqu'un des marques d'affection.

2. MÉDECINE
Altération de la santé ; maladie. Une affection nerveuse.

- Affection de longue durée (ALD) : en France, maladie reconnue par la Sécurité sociale comme exigeant un traitement prolongé et coûteux, pour laquelle le patient peut bénéficier d'une exonération du ticket modérateur. »
Tata YOYO retrouva sa respiration normale : « ah, ben voilà, l'affection est une maladie pour les professionnels de la santé. Ma mère était infirmière. »

Puis la joie l'envahit.

mercredi 11 octobre 2017

jump ! le saut quantique de l'ange,

Ma contribution aux commentaires sur le clash télévisé entre Christine ANGOT et Sandrine ROUSSEAU que je n'ai toujours pas vu mais dont j'ai lu moultes commentaires (palme d'or au commentaire réalisé par Marcella IACUB et médaille FIELDS à Vincent MESLET pour son éclairage sur les choix et les non-choix de la postproduction d'une telle séquence) .


Je me souviens avoir vu la sans doute première apparition de mademoiselle Christine ANGOT à la télé. Dans mon souvenir, c'est une émission littéraire avec PPDA (mais c'est peut-être un télé-achat avec PIVOT), dans mon souvenir, c'est une émission littéraire avec PPDA qui l'interroge au sujet d'un bouquin où se trouve peut-être les mots « ciel » ou « rêve » dans le titre et la ANGOT parle d'un viol dont elle aurait été victime [https://fr.wikipedia.org/wiki/Vu_du_ciel_(roman)]. Il n'est pas encore question d'inceste, cette facette arrivera peut-être sept ou dix ou quinze années plus tard. Ce qui est intéressant dans cette séquence télé, du moins dans mon souvenir de cette séquence télé, c'est que la ANGOT y est nulle, et dans sa présence et dans son verbe. Voilà, ce serait cela, l'antidote parfait à la séquence télé où la ANGOT ferait le bouledogue mordant les mollets de mademoiselle ROUSSEAU effarouchée qui essaye de parler d'agressions sexuelles soit la séquence télé où le PPDA (ou un équivalent, Hervé CLAUDE ?) essaye de tirer quelque chose d'une jeune imbécile nommée ANGOT parlant d'un viol. C'est quoi le vieux paradoxe déjà ? « L'eau du fleuve n'est pas la même alors que la rive l'est » ou « le fleuve a toujours l'air d'être là alors qu'il ne cesse de s'en aller » ou « à quoi çà sert la frite si t'as pas les moules » ou « à quoi çà sert la moule si t'as pas les frites » ou …

Forum :

  • Moi ce que j'ai compris, c'est que la chaine Antenne 2 soit France 2 aurait du ne pas diffuser la séquence et la mettre sur le web pour les meutes informées du clash par twitter. Ainsi le mec ou la meuf qui voulait juste regarder deux trois conneries à la télé avant d'aller dormir ce samedi là n'aurait pas été submergé par ce flot de paroles immondes, ainsi les meutes qui s'en nourrissent auraient trouvé de quoi manger sur le web, tout le monde aurait été content, poil aux dents !
  • Vous êtes naïfs ! Les fuites sur twitter étaient orchestrées pour faire monter l'audience de l' émission !
  • Mais c'est une télé publique, elle ne carbure pas à l'audience !
  • Ouais, mais bon, les invités de ce genre de causeries, si, et tout le système médiatique se drogue à l'audience.
  • C'est débile ! L'audience ne peut pas être, in fine, le critère pour la télé publique !
  • In fine, oui...
  • Tu ne crois pas que des personnes peuvent désirer s'instruire en regardant la télé ?
  • Euh... s'instruire en s'amusant, alors ?
  • Moi, je n'y crois plus du tout.

mardi 10 octobre 2017

"Remember my name, fame, i'm gonna live for ever, remember, remember" Ibrahim Qashoush

Lu dans le JDD du 8 octobre 2017 : parmi d'autres arguments ( dont la pertinente défense d'une pluralité des territoires français et donc de la décentralisation), monsieur BAROUIN semble regretter la suppression de « la réserve parlementaire qui permettait de financer des projets locaux ». Euh ... là, l'argument est un peu tiré par les cheveux, la réserve parlementaire permettait de financer des projets locaux selon le bon vouloir du prince, ici le député, et donc favorisait une logique de clientèles et de pleureuses ! Au XXI e siècle, il est bon que les projets locaux comme les nationaux ou internationaux bénéficient de modalités modernes de financements a fortiori lorsqu'ils émanent de fonds publics, modalité permettant l'ouverture d'un débat sur le projet et la mise en œuvre de processus démocratiques de décision des financements. Poil à l'allemand.

TATA YOYO se pose des questions.



Tata YOYO lut dans le JDD du 08 octobre 2017 la phrase suivante « Mais les motivations des contribuables qui fuient notre pays évoluent. Selon le gestionnaire de fortune New World Wealth, la France (et Paris) sont les endroits qui se vident le plus de leurs fortunes. En tête de liste des motifs qu'elles avouent, les tensions religieuses et le manque général d'opportunités viennent avant la fiscalité. » Concernant le thème des tensions religieuses, Tata YOYO comprenait que des villes concurrentes à celle de Paris dans l'accueil de riches personnes n'avaient qu'à engager de bonnes entreprises de relations publiques pour lancer des rumeurs et des campagnes de presse sur le thème des tensions religieuses pour faire fuir les paranos, riches et influençables personnes qui croient tout ce qu'elles voient à la télé ou lisent dans les journaux. « Que fait d'autre SPOUNITK TV ?, se demandait Tata YOYO , De la même façon, ceux et celles du FN, sous couvert de défendre « la France et les français » travaillent d'évidence pour ceux et celles qui préfèrent que l'argent fuient « la France et les français » ! Comme disent les gamins, « l'anti-france c'est eux ! ». »
Sur le thème du manque général d'opportunités, Tata YOYO avait des problèmes d'entendement : s'agissait-il seulement d'un manque d'offres de placement pour leur argent dans des projets rapportant 15% de bénéfs qui faisait partir ces messieurs dames vers d'autres pays ? A l'heure d'internet, des flux monétaires dématérialisés, etc. ? Tata YOYO doutait. S'agissait-il d'autre chose ? D'opportunités sexuelles ? D'opportunités agricoles ? D'opportunités arboricoles ? D'opportunités philantropiques ? « Il faudrait préciser quelles seraient ces opportunités manquantes ! », se disait Tata YOYO.Tata YOYO n'était pas une spécialiste mais elle le revendiquait. « Ce sont toujours les béotiens qui ont pu faire avancer le schmilblick par leurs questions débiles », affirmait-elle le plus sérieusement du monde. Tata YOYO respirait. Elle aimait le mois d'octobre, sans doute en raison du chiffre huit qui y est inclus et qui en se couchant nous livre des infinis. «  Ce doit être le mois où ceux et celles qui hibernent commencent à s'endormir, se disait-elle, avant de se réveiller pour la nouvelle année... » Tata YOYO respirait. « L'année commence en mars, c'est bien connu ! ».