jeudi 25 mai 2017

Pour une fois que je suis d'accord avec Alain DUHAMEL ! Qu'un mec comme MELENCHON et ses idées à la con sur la France dans le monde soit aussi haut dans les sondages sur les intentions de vote pour les législatives de juin 2017, c'est la grosse honte ! il y a aussi un article dans le canard Enchaîné de cette semaine au sujet de la candidature de MELENCHON à Marseille qui donne envie de voter pour le candidat MENNUCI du PS ! C'est dire !

l'article d'Alain DUHAMEL dans Libération : http://www.liberation.fr/debats/2017/05/24/jean-luc-melenchon-l-anti-mitterrand_1571996

Et pour ceux qui veulent voter à gauche toute aux législatives, mieux vaut voter pour Lutte ouvrière, c'est plus sérieux...

Nous avons bien lu la tribune « le gouvernement PHILIPPE ou l'espéranto de l'entreprise » rédigée par monsieur Michel OFFERLé qui est, anecdotiquement, la personne qui avait réussi à nous faire aimer le droit constitutionnel alors qu'il l'enseignait en cours magistral à l'Institut d'études politiques de Lyon et, malgré cette dette ou en raison de cette dette, nous ne pouvons nous empêcher de trouver la citée tribune superficielle : une fois analysée et décrite intelligemment la composition idéologique des membres du gouvernement PHILIPPE sous MACRON, que se passe t'il ? À l'idée selon laquelle « l'entreprise est le lieu de la production de la richesse », quelles sont les autres idées de substitution ?

 Ne faudrait-il pas parler d'entrepriseS plutôt que d'Entreprise (les droits des êtres humains plutôt que les droits de l'Homme) ? Notre expérience est que la plupart des personnes qui se disent haut et forts de gauche politique ont une conception de la richesse qui consiste à récupérer l'argent des impôts pour leur activité et leur gouverne au motif que leurs activités enrichissent les uns et les autres sans s'intéresser à comment ceux qui ont payé leurs impôts ont produit leurs richesses car ce ne sont que des manants et des grossiers personnages : de ce côté-ci non plus, on ne fera pas société et on est surtout très hypocrite. La caricature a ses vertus (que la vertu ignore). Pour ce que nous en savons, c'et François MITTERRAND lui-même qui avait instauré, dans les années 80, cette « religion » de l'entreprise au sein de la société française, avec pour figure de proue (ou idôle à vénérer) l'escroc Bernard TAPIE. Bon, depuis ce souvenir, nous pourrions penser que la société française a évolué et qu'aujourd'hui, la façon d'aborder les entreprises par le nouveau gouvernement de la République française est plus tempérée, pragmatique, et concrète. Bien sûr, nous pouvons nous tromper mais celui qui n'essaie pas ne se trompe qu'une seule fois.

la tribune publiée dans libération : http://www.liberation.fr/debats/2017/05/23/le-gouvernement-philippe-ou-l-esperanto-de-l-entreprise_1571742

La vie postmoderne a perdu le monde d'emploi : Lu dans le journal Libération daté mercredi 24 mai 2017, dans une critique de cinéma écrite par monsieur Luc CHESSEL la phrase suivante « tout mettre dans une vie, tout brûler : la révolution est le masque de la mort mais elle reste, pour ceux qui la cherchent jusque là où elle n'est pas, une montée à l'assaut du ciel. » Euh... C'est une jolie phrase avec du rythme et du lyrisme mais euh.. comment dire … politiquement c'est complétement faux et surtout hautement toxique.


Nous ne savons pas combien vous ont payé bachar al assad ou vladimir poutine pour asséner de telles hérésies et démoraliser la jeunesse mais bon, faudrait quand même être un peu éveillé aux enjeux du monde contemporain... Nous comprenons que passer ses journées à bouffer du cinéma soit à rester enfermé dans le noir avec d'autres à regarder des images animées sur un mur peut altérer le discernement, mais il ne faudrait pas se tromper sur la place du morbide et l'élan de la vie. De toutes les façons, il n'y a que les imbéciles qui croient que la vie et la mort sont des trucs bien distincts et séparés et pas du tout des machins complétement imbriqués, donc restons prudent dans les discours : la révolution c'est la révolution et cela permet de tourner et la mort c'est la mort et cela permet de passer. Voilà.

la phrase dans son contexte : http://next.liberation.fr/cinema/2017/05/23/une-vie-violente-va-pour-vendetta_1571816

mardi 23 mai 2017

les questions qui se posent : avec l'arrivée des beaux jours et afin d'assurer une très large victoire pour les législatives de juin 2017, n'aurait-il pas été plus sage d'appeler le mouvement d'Emmanuel Macron « la république en marche et en vélo » (LREMEEV) ou cela est-il implicite ?

  • La république en marche et en le vélo, c'est mieux je trouve : LREMEELV
  • Et pourquoi pas : La République en marche et en le vélo pas saoule : LREMEELVPS ? C'est plus complet.
  • Dans ce cas alors la République en marche et en le vélo pas saoule pas crôute : LREMEELVPSPC !
  • Ou alors pour être exhaustif La république unie diverse internationale en marche et en le vélo pas saoule pas croûte : LRUDIEMPSPC !
  • Non, mais, faudrait pas perdre de vue le sens tout de même !
  • Et aussi la souplesse de l'intitulé et des accronymes ...
  • Ah ouais, bien sûr .. Alors, faut rester sur LREM.
  • REM, même !
  • Ah ouais c'est le ______ de MER !
  • Georges PEREC ! Enfin, tu es là !
  • Et sur papier bible s'il vous plaît !

Jogging d'entretien de l'esprit critique. Aujourd'hui lecture du journal le Monde daté du samedi 19 mai 2017.



Il nous arrive parfois d'acheter le journal Le Monde malgré notre budget serré (470 euros par mois tout compris) pour des raisons sentimentales : nous avons toujours vu notre père lire ce journal, la cave du chalet dans lequel nous habitions en était rempli. Ce journal représentait pour nous l'âge adulte : quand on est grand, on lit un journal avec que du texte sans images ni photos et où sont évoqués les problèmes des grandes personnes : la mort de georges pompidou, l'augmentation des prix du pétrole, la crise économique, la guerre au moyen-orient, etc... Bien sûr, les choses ont changé : les dessins puis les photos ont égayé les pages et il est peu de dire que la rigueur et la tenue protestante de la prose et du regard y ont disparu. Et Force est d'admettre à la lecture que nous ne sommes plus du tout concernés par ce que raconte ce journal, nous ne correspondons pas au lectorat. Ainsi cet extrait d'une critique littéraire du livre « Fairy tale » de Hélène ZIMMER rédigée par mademoiselle Florence BOUCHY : « […] Alors, certes, Hélène ZIMMER brosse le portrait d'une femme prise au piège d'une vie de famille harassante, d'un quotidien routinier et aliéné, d'une vie professionnelle qui n'a rien d'émancipateur [car comme chacun et chacune sait critique littéraire n'est pas du tout une activité aliénée mais totalement émancipatrice …] Mais elle nous met surtout dans la position d'un spectateur d'émission de télé-réalité – avec la part de voyeurisme afférent, qui interroge notre propension au jugement moral et social [personnellement nous trouvons que la phrase précédente n'a aucun sens, lire des romans ne procédent-ils pas d'une sorte de voyeurisme intellectuel ? Et puis nous ne comprenons pas l'expression « jugement social », qu'est-ce que c'est un jugement « social » ? ] D'ailleurs, c'est en donnant accès à ce qui pourrait constituer les rushs de « fairy tale » [NDLR : soit le titre de l'émission de télé-réalité mis en scène dans le bouquin de la miss ZIMMER] qu'elle contraint le lecteur habitué aux dialogues policés [ cette critique littéraire ne lit pas San Antonio, Guy des Cars, Céline, Breat easton Ellis, virginie DESPENTES,    Guillaume DUSTAN etc..] à remettre en cause son propre regard : ces dialogues, qui paraissent si exotiques et si peu « littéraires » ne nous renvoient-ils pas à notre propre surdité ? [de toute évidence, cette critique littéraire n'a jamais entendu les voix qui profèrent des trucs obscènes à propos de Q toute la journée aux uns et aux autres vivants et ne sait toujours pas de quoi parle la littérature...] A notre incapacité à laisser chacun décider de ce que peut être, pour lui, une fin heureuse ? [euh... ben, la fin, ma chérie, elle est assez connue, chacun va crever à un moment ou un autre, est-ce que c'est une fin heureuse ou malheureuse, je serais plutôt du genre neutre sur ce sujet … mais alors qu'est-ce donc que cette incapacité à laisser chacun décider … Encore une hystéro qui veut tout décider et contrôler ? Encore un effort pour être démocrate ? ]

un peu de musique pour la route : didier Super www.youtube.com/watch?v=jnNOz9Nj5tY 
 « owiny sigoma band »

lundi 22 mai 2017

Nous avons lu l'article paru dans Libération en date du 19 mai 2017 « le renouveau de la gauche passe par une conception inédite du travail » et pour nous il y a erreur d'aiguillage : « le renouveau de la gauche politique » passe par une réflexion sur la création de richesses dans les sociétés. Quelles sont les richesses ? Comment se produisent les richesses ? D'où viennent les richesses ? Tout le reste n'est que fadaise et sparadrap sur des jambes de bois.



Si MÉLENCHON est un populiste manipulé qui « paternalise » et « infantilise » ceux et celles qui aspireraient à une gauche politique non austère ou brouillonne, il n'est en fait qu'une caricature du Parti Socialiste dont il est isssu. Le Parti Socialiste en est où il en est parce que cela fait des années qu'il est un parti de notables bien pensants qui ne croient pas en l'égalité et qui pourtant se targuent de faire la leçon à tous et chacun sur ce qui est le bien ou le mal depuis leur petit confort matériel et médiatique. Que des personnes qui ont des discours paternalistes vieille france un peu émancipée se présentent comme de gauche (voire de gauche de la gauche) est bien plus toxique électoralement que des mecs ou des meufs de droite ou du centre qui tiennent un langage de droite ou du centre. Il est triste à dire que la période de vaches maigres que va sans doute traverser le Parti Socialiste français ne pourra que les aider à reprendre conscience de pourquoi il existe une pensée de gauche politique en les confrontant peu ou prou aux conditions de production d'une telle pensée politique. 

considérations parallèles : http://www.europe1.fr/politique/ps-il-faut-tout-changer-estime-jerome-guedj-3338300 

Soutien à Mustapha ADIB, ex-officier marocain dénonçant la corruption de la monarchie dirigée par Mohammed VI et spoliant les peuples marocains.




Voilà un bon exercice pratique de méditation pour la gauche politique française. Un pays qui crée de la richesse par son industrie du luxe en vendant des sacs à main et des robes à des dictateurs et prédateurs de peuples est-il un pays qui défend les droits de l'homme ? Comment concilier industrie du luxe et émancipation mondiale des peuples et des individus ? Karl LAGERFELD prônait « le luxe pour tous » mais dans les faits il ne payait pas ses impôts, planquait son fric et accélérait l'accouplement dégradant des industries de produits de luxe avec les industries à créer du rêve et de l'envie au détriment des savoir-faire des industries des produits de luxe.
Ceci dit, « le luxe pour tous » n'est peut-être pas une fausse piste. « Luxe calme et volupté » écrivait Baudelaire. défendant une définition non ostentatoire du « luxe ». Il est possible de le dire autrement par la formule « la haute qualité pour tous et à tous les étages ».

Note technique : quand le sage montre la lune, l'idiot y voit les fesses de sa femme (ou de son mec).


Concernant la nomination de monsieur Nicolas HULOT au ministère de la transition écologique et solidaire, nous avons entendu et lu des commentaires qui, nous a t'il semblé, oubliaient le point principal à savoir les humains commencent à être dans la große merdre avec le climat (j'ai mal compris où il a neigé dans les Pyrénées en ce mois de mai?) et çà va être une catastrophe si les humains ne changent pas leur mode de production industrielle et leur mode de vie à haut gaspillage. C'est-à-dire que savoir si la prochaine palme d'or du festival de Cannes sortira en salles ou de mon trou du Q, franchement, ce n'est pas très important par rapport au fait de savoir si nous allons pouvoir continuer à produire de la bouffe sous nos latitudes. Bien sûr, si je suis un exploitant de salle de cinéma, c'est important justement pour savoir si je vais pouvoir continuer à avoir de l'argent pour m'acheter de la bouffe mais si il n'y a plus rien à bouffer de toutes les façons. Comme diraient les chefs sioux, il y a bien un moment où les êtres humains blancs vont se rendre compte que l'argent ne se mange pas ...
Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le projet de Notre Dame des Landes c'est économiquement parlant d'abord un parking Vinci adossé accessoirement à un aéroport dit international.
Quand à ce nouveau gouvernement, on peut en penser ce qu'on veut mais au moins il témoigne d'un projet politique et économique pour la France et pour l'Europe au sein du monde (c'est-à-dire pour les êtres humains vivant en France et en Europe parmi les êtres humains vivant dans le monde). Il témoigne de la présence d'une pensée politique à l'oeuvre. Ouf ! Çà change ! Çà vaudrait la peine d'essayer de leur donner une majorité au Parlement au mois de juin prochain. Celui qui n'essaye pas ne se trompe qu'une seule fois.

samedi 20 mai 2017

conte de nuit


conte de nuit par manuelle-yerly

Après et parmi tant d'agitations, un peu de poésie : Aujourd'hui, René CHAR.



« Rodin.

Ces marcheurs, je les ai accompagnés longtemps. Ils me précédaient ou louvoyaient, balbutiants et cahotants, à la faveur d'un tourbillon qui les maintenait toujours à vue. Ils étaient peu pressés d'arriver au port et à la mer, de se livrer au caprice exorbitant de l'ennemi. Aujourd'hui la lyre à six cordes du désespoir que ces homes formaient, s'est mise à chanter dans le jardin empli de brouillard. Il n'est pas impossible qu'Eustache le dévoué, le chimérique, ait entrevu sa vraie destination qui ne se comptait pas en instants de terreur mais en souffle lointain dedans un corps constant.

René CHAR,
in « le Nu perdu et autres poèmes 1964-1970, éditions Gallimard, 1978. »

le genre humain deuxième épisode par manuelle-yerly

jeudi 18 mai 2017

Forum « Fracture sociale ou différences dans les cognitions (dans les connexions synaptiques) ? ».



  • T'en penses quoi de la fracture sociale entre les ruraux et les citadins ?
  • J'en sais rien, je connais la fracture du tibia, du péroné enfin pas personnellement et je n'y tiens pas, je touche du bois, ensuite est-ce que la société forme un grand corps qui serait fracturé ici ou là avec quelques entorses ? Cette représentation ne me sied pas. Je préfère voir la société comme la grande ronde qui est dansée dans les fest noz,
  • C'est quoi, ces fesses gnose ?
  • Non, des fest noz, c'est du breton, cela doit vouloir dire « fête de la nuit », enfin bref, la nuit venue, les musiciens prennent leur guimbarde et leur biniou et les uns et les autres en rang serré effectuent une danse en trois temps, le pas est simple et se répète à l'infini et tu avances très lentement, et tu vois le reste de la file en face qui avance aussi, de temps en temps et de temps à autre, des uns et des unes sortent alors que des autres et des autressses rejoignent le flux. Donc voilà, pour moi, la danse de fest noz est une bonne représentation de la société, enfin d'une société ouverte qui se porte bien, t'as le droit de sortir à tout moment, t'as le droit de rentrer quand tu veux, les problèmes qui peuvent se poser sont des problèmes liés au rythme, à la fatigue, à l'espace, à la nuit, voilà.
  • J'ai regardé dans le dictionnaire et effectivement fest noz veut dire fête de nuit en breton et le pluriel est festou noz.
  • Ouais enfin, ce n'est pas un ronde de nuit …
  • Non, ce sont plutôt des serpentins dans la nuit...
  • Et donc, dans ta représentation sociale, les exclus sont ceux et celles qui ne savent pas danser...
  • Tout le monde sait danser ! Il faut juste s'y mettre, Il s'agit juste d'effectuer un pas simple tel un pas de bourrée répété à l'infini...
  • Je me souviens avoir entendu à la radio un chef d'une tribu d'indiens de la forêt amazonienne, il était en Europe pour se plaindre d'un projet de barrage et il racontait que dans sa communauté, les traditions se perdaient, « les jeunes ne se maquillaient plus le corps et ne dansaient plus » et qu'il en était triste ; je m'étais dit que, dans certaines parties du monde, la tradition a du bon.
  • Y a toujours eu des danses, même en Occident..
  • Ok, c'est bien gentil, vos histoires de fêtes traditionnelles qui donneraient une meilleure représentation de la société qu'une représentation organique d'un « corps social » avec sa tête, ses bras, ses jambes et ses fractures mais quid des handicapés moteurs ?
  • Et le sexe du corps social , il se trouve où ?
  • Sans oublier l'anus social...
  • Vous avez bien raison de vous moquer : les représentations organiques sont d'inspiration fasciste, enfin c'est ma conviction.
  • A notre époque, avec les exosquelettes, mêmes les cul-de-jatte pourraient s'insérer dans la danse. De toutes les façons, une réprésentation de la société sera toujours imparfaite car ce n'est qu'une représentation !
  • Ouais, j'ai quand même des doutes, de toutes les façons, tu n'es pas allé dans un fest noz récemment, peut-être est-ce devenu de la grosse daube pour touristes …
  • Je ne comprends pas ton aversion pour la daube.
  • Je suis d'accord avec elle, le tourisme est une catastrophe. Par exemple, moi, je me déplace à pied ou en vélo. Ce sont des raisons économiques qui m'ont fait abandonné ma voiture, mais en fait je m'en porte plutôt mieux et je ne peux m'empêcher de me considérer comme l'avant garde social du monde d'après-demain, où chacun et chacune se déplacera à pied ou en vélo, tout en cultivant ses légumes, contemplant son éolienne et ses panneaux solaires, récupérant son eau de pluie, etc.. Bref, je me déplace à pied et en vélo et parfois je croise des « randonneurs » et je ne peux pas les saquer : ils ont des équipements voyants et toujours des questions à la con, ils veulent savoir où le sentier du papillon ou le chemin du perdreau ou comment faire pour rejoindre la V33 ou le GR45, etc.. Je leur demande où ils veulent aller pour essayer de leur donner une direction mais ces imbéciles ne veulent aller nulle part, ils veulent juste suivre le parcours prévu pour les touristes, alors je ne sais pas si c'est cela que tu appelles « la fracture sociale » mais lorsque je leur dit que je ne sais pas du tout de quoi ils me causent, je vois dans leurs yeux de la condescendance pour le pauvre plouc que je suis, ignorant des balises du monde contemporain et je ne sais s'ils lisent dans les miens la pitié que j'éprouve à leur égard d'être incapable de se balader sans carte.
  • Mais n'est-ce pas un très vieux problème déjà exposé par le sieur LA FONTAINE au XVIIe siècle dans sa fable mettant en scène le rat des villes et le rat des champs ?
  • Tex avery en a fait une version en dessin animé si je ne m'abuse...
  • Oui, mais je crois que Tex AVERY s'est polarisé sur la question sexuelle, avec une théorie concernant le désir de l'homme : l'homme désire ce qui est étranger à son monde quotidien. Le citadin va en pincer pour la femme de la campagne alors que le rural va hurler son désir pour la femme sophistiquée et peinturlurée de la ville.
  • Et dans la fable de La Fontaine ?
  • Je ne sais plus.
  • Bon, ben, Je dois avoir cela en stock quelque part, je vais aller chercher le texte. ,
  • Pendant qu'il part au puits voir s'il y trouve cette fable de la Fontaine, je souhaiterais que nous nous essayons à danser une danse de fest-noz.
  • Bonne idée !
  • Mais alors qui pour jouer la guimbarde ? 

    considérations parrallèles : http://next.liberation.fr/culture-next/2017/05/22/faut-il-etre-blanc-svelte-et-nanti-pour-faire-du-yoga_1571318 

Les questions qui se posent suite à la lecture de l'article de JOHANNA LUYSSEN paru dans Libé 17 mai « Edouard PHILIPPE, le roman ne fait pas le macho. » : Que pensez de l'image de l'homme dans les romans de Marc LEVY ? Que pensez de l'image de l'homme dans les romans de Katherine PANCOL ? Que pensez de l'image de l'homme dans les romans récents de michel HOUELLEBECQ ? A t'on le droit de donner une mauvaise image de LA FEMME, groupe de musique electro ?




Existe t'il une image de la Femme ou des images de Femmes ? Le meilleur moyen de ne pas nuire à L'image de La Femme éternelle et unique n'est-il pas de la mettre sous cape et voile afin qu'il ne soit pas trop vu qu'il existe des Femmes qui comme les Hommes peuvent véhiculer différentes images ? Aimer une Femme signifie faire l'amour avec elle ou vénérer son image ? La faire jouir et jouir en elle ou la prendre en photo ?

lire l'article : http://www.liberation.fr/france/2017/05/16/edouard-philippe-le-roman-ne-fait-pas-le-macho_1569982

Les rédactrices de mode d' « au blog, les fous littéraires » profitent de la présente pour saluer la silhouette de Sibeth NDIAYE, qui d'après nos informations et les photos vues dans la presse, est apparue dans la cour de l’Élysée en robe et baskets. Enfin, une femme dans les allées du pouvoir sans talons de douze ! Le féminisme vient de gagner quatre années lumière.

Le journal de l'être psychotique .



En rangeant de vieux papiers, j'ai retrouvé ceci «  rêve du 12-13 août 2014 : je suis avec Poutine dans un bunker et nous envoyons un fax à un certain Hugo. Dans le texte, il y a le mot « vidéo » [video : « je vois » en latin] » et cela « rêve du 25-26 mars 2014 : Michèle LAROQUE qui a le corps et le physique de Dominique VOYNET jette des fleurs sur une foule qui hurle « LAROQUE président ». ensuite vers Port-Blanc, je trouve une esquisse d'un bureau de Europa corp et je me dis que je devrais leur envoyer mon CV ».
Je me demande aujourd'hui, comment il est possible de faire de tels rêves et j'ai l'impression d'aller beaucoup mieux.
[Euh, LAROQUE, n'est-ce pas le nom d'un mec d'extrême droite pendant la période dite de l'entre deux guerres au XX e siècle ? Ah, non, j'en sais rien et j'en ai marre. STOP]

Lu dans le journal Libération du mercredi 07 mai 2017 : « suivie depuis quatre ans par un thérapeute, elle dit souffrir de syndromes de stress post-traumatique. Toujours en arrêt maladie, elle fait désormais du bénévolat auprès d'enfants en difficulté, « pour garder le lien social ». » Euh, est-ce qu'il est sûr qu'une telle personne puisse vraiment apporter de l'aide à des enfants en difficulté ?


Ou, en fait, tout le monde s'en fout et les enfants en difficulté sont là pour permettre à des dépressifs et des tarés de se croire toujours des « insiders » pour parler novlangue. Les pauvres, les enfants en difficultés des pauvres (les enfants des non pauvres se faisant payer des cours particuliers, j'imagine) sont non seulement pauvres ou en difficultés mais en plus ils devraient se taper la compagnie de personnes dépressives ou larguées qui font sembler de les aider pour être aimées et ne pas affronter leurs démons. Au secours !. Je peux me tromper mais il nous semble que pour lutter contre l'extrême droite et le populisme de droite ou de gauche, il faut s'attaquer à ces chantiers de la double peine des pauvres ! Car, même pauvre, pour ce que nous en savons, l'être humain préfère en rire. Vivement les normes ISO pour les structures de bénévoles a fortiori caritatives !

Pourquoi je vais voter pour le candidat de « La République en marche » de ma circonscription, soit pour le pays de Saint-Malo Valérie FRIBOLLE :



J'ai lu cet article dans Libé «  http://www.liberation.fr/france/2017/05/16/a-l-epreuve-du-terrain_1569975 » et je me suis dit que les mecs et les meufs « en marche » vont vraiment essayer de faire le boulot : ils sont frais, ils ont de l'energie, ils ont l'esprit clair, ils n'ont pas perdu du temps et d'energie à faire des ronds de jambe à ou à être sadisé par des vieux et vieilles vicieuses (qui peuvent être jeunes d'ailleurs), ils ont encore de l'enthousiasme, ils vont s'attaquer aux problèmes sans penser à leur plan com et de carrière. Bref, ce sont des individus qui parlent avec d'autres individus sans arrière-plan ou réflexes claniques ou mondains. Les candidats de "la République en Marche" vont essayer de faire leur boulot de député. Waow ! Un vrai truc de dingues !

Articles parus sur valérie FRIBOLLE :